« Enseigner, c’était que du bonheur! » -sœur Michelle Gill, sjsh

Sœur Michelle Gill a la biologie dans le sang! Cette matière, elle l’a enseignée pendant près de 20 ans à l’école secondaire Saint-Joseph (ESSJ) avant de quitter le Québec pour aller œuvrer en Haïti pendant 10 ans afin d’y fonder puis d’y diriger une école.

Elle n’hésite pas à qualifier de pur bonheur les années passées à enseigner.

« Pour que le courant passe, il faut que tu émerveilles les élèves et il faut aussi que tes propres yeux pétillent. Certaines de mes enseignantes ont été des modèles pour moi. Je voulais enseigner comme elles. Je pense ici notamment à sœur Simone Ferland, des sœurs de la Présentation de Marie. C’était ma prof de biologie. Elle a été en quelque sorte mon mentor », indique sœur Michelle.

Et ce bonheur, qu’elle exprime sans retenue, lui fait revivre un épisode rempli d’émotion sous nos yeux : « je travaillais avec un petit Haïtien depuis quelque temps pour l’aider à apprendre à lire. Il avait beaucoup de difficulté, mais un jour, il y a eu un déclic. Il a commencé à lire. Il en tremblait et moi, je pleurais de joie. Il réalisait qu’il avait compris », raconte-t-elle en reproduisant les gestes du petit.

Avec les élèves de l’ESSJ, elle a su créer une ambiance favorisant les échanges entre elle et les jeunes, et ce, dans le respect. Aucune question n’était idiote et c’était une règle que toutes devaient respecter.

« Je crois bien avoir réussi à transmettre ma passion pour la biologie à plusieurs de mes élèves. Quand les parents venaient à la rencontre des profs et qu’ils voyaient l’affiche au-dessus de ma tête disant que j’étais la prof de bio, plusieurs m’abordaient en disant « ah oui, ça ma fille aime ça! », et ça me rendait heureuse.

Encore aujourd’hui, plusieurs années après avoir quitté l’ESSJ, Michelle Gill et ses consœurs qui y ont enseigné en parlent comme de « leur école ».

« Ils sont encore proche de nous et ils sont restés fidèles à plusieurs de nos valeurs comme celle d’enseigner à tous, faibles et forts, sans discrimination », se réjouit-elle.

© Patrick Roger, photographe

{ commentaire ? }

  1. Isabelle Roy

    J’ai eu la chance d’avoir soeur Michelle comme professeur en 1982-1983 Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.