« Je chercherai jusqu’à ma mort » – sœur Lise Berger

Elle hésite au moment de révéler son âge, car elle ne veut pas trop y penser. Puis, le nombre 77 se glisse furtivement entre ses lèvres. Ce n’est pas la gêne qui la fait réagir ainsi, mais sa grande soif de vivre qu’elle voit aussitôt  frapper un mur. Personne n’est éternel et elle le sait très bien.

« Je vois ma vie un peu comme un voyage. Quand on part en voyage, on entre dans une quête de l’autre. La vie, c’est aller vers sa propre quête et je crois bien que je chercherai jusqu’à ma mort », affirme sœur Lise Berger, originaire d’Upton.

Si l’Évangile est la source de sa quête spirituelle, c’est parce que Jésus, un homme libre, la fascine, et qu’elle-même chérit sa propre liberté.

« J’apprécie ma liberté intérieure. Elle guide mes choix. Bien sûr, la vie en communauté peut sembler un obstacle à ma liberté, mais je la vois plutôt comme un défi, pas facile, mais un défi qui, par ailleurs, m’amène à grandir. Je laisse aux autres leur espace et je garde le mien », indique-t-elle.

© Patrick Roger, photographe
© Patrick Roger, photographe

Et dans cet espace, qu’elle souhaite vaste et englobant, sœur Lise accueille tous ceux qui cherchent un sens à leur vie, laïcs comme religieux. « Quelqu’un qui cherche va beaucoup plus loin que celui qui ne se pose pas de question. Son cheminement le conduit quelque part, peu importe la forme que cela prend, tandis que celui qui ne cherche pas, stagne », philosophe-t-elle tout haut.

En parallèle à sa propre quête spirituelle, sœur Lise a pris le temps d’accompagner de nombreux adultes dans leur propre cheminement, au Centre diocésain.

« J’ai toujours aimé les échanges en profondeur. Ça fait partie de ce qui me rend heureuse dans la vie, les belles rencontres avec des personnes qui se questionnent et qui veulent aller plus loin. Je ne sais aucune prière par cœur! Ma prière à moi, elle se vit surtout au quotidien, dans mes questionnements et dans le contact que j’établis avec Dieu. La spiritualité, pour moi, ça doit être incarnée. Ma recherche est faite de mon histoire, de mes expériences et de mes blessures », raconte sœur Lise.

Pour enrichir sa quête spirituelle, elle dit côtoyer de nombreux auteurs. Ses préférés sont Simone Pacot, le père Henri Boulad et Gabriel Ringlet.

« Et, dit-elle, celui qui est toujours là, celui qui m’accompagne dans le voyage qu’est ma vie, c’est Dieu. J’ai vécu une expérience spirituelle très forte, à l’âge de 15 ans, et depuis, je sais qu’il est là », affirme sœur Lise, le regard bienveillant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.